La famille Vos-Nabarro

Juifs hollandais d’Anvers, ouvrier diamantaire de 31 ans, Emilius Vos, Rebecca Nabarro, 28 ans et leurs enfants demeurent dans ce qu’on appelle le quartier juif, périmètre de la deuxième grande rafle nocturne de la solution finale.

Juifs hollandais d’Anvers, ouvrier diamantaire de 31 ans, Emilius Vos, Rebecca Nabarro, 28 ans, leurs enfants Isaak, 5 ans, Andries, 4 ans et Herman, 3 ans, demeurent dans ce qu’on appelle le quartier juif, périmètre de la deuxième grande rafle nocturne de la solution finale. Ils sont livrés, le 29 août 1942, à la caserne Dossin pour le transport 7. Le train qui quitte Malines le 1er septembre 1942 s’arrête à Kosel, avant Auschwitz. Emilius Vos obtempère à l’ordre de descendre du train, obligé de laisser sa femme et ses trois enfants. Avec ce transport dont 85% des femmes sont gazées dès leur arrivée, une mère, tenant ses trois enfants, est condamnée à mort. Esseulé, Emilius Vos est en vie après 1945. Il fait partie des 15 survivants de son transport qui sont, comme lui, des hommes descendus à Kosel pour être mis au travail forcé dans les camps de Haute-Silésie. Il a fait successivement ceux de Kleinmangersdorf, Trzebinia, Annaberg, Blechhammer où le 1er avril 1944, il est tatoué de son matricule d’Auschwitz, le numéro 178.886. Il fait la marche de la mort vers le camp de Gross-Rosen, puis celui de Buchenwald où il est libéré le 30 mai 1945 … sans famille.
Isaak, l’aîné, le cadet, Herman, Andries, le puîné, leur mère, Rebecca Nabarro et leur père, Emilius Vos, en 1940
Publicatieinfo

ADRIAENS Ward, STEINBERG Maxime (e.a.), Mecheln-Auschwitz, 1942-1944. La destruction des Juifs et des Tsiganes de Belgique, 4 volumes, Bruxelles, 2009

Dr. Maxime Steinberg & Dr. Laurence Schram